NOS ÉGLISES RESTENT OUVERTES. RESTONS EN LIEN !

RAPPEL DES GESTES BARRIERE :
–          PORT DU MASQUE,
–          DISTANCIATION,
LAVAGE DES MAINS !

Notre pays, avec bien d’autres, s’enlise à nouveau dans une crise sanitaire qui pour le moment ne fait que s’aggraver. Notre tristesse est immense de nous voir interdire pour un certain temps de célébrer la messe en public, sauf pour les obsèques. Dans ces moments difficiles que nous traversons, comme tout le monde nous sommes troublés par ce que nous vivons. Nous ressentons alors la nécessité de puiser dans nos ressources spirituelles l’espérance et la force dont nous avons tous besoin.

À partir de la déclaration des évêques, suite au rejet du référé, par ce premier communiqué je souhaite explorer avec vous les voies et quelques points forts à faire connaître et partager pour cette nouvelle période de confinement.

1 – Nos églises restent ouvertes.

« Les églises restant ouvertes, elles sont des lieux qu’il faut habiter et où l’on peut venir pour se recueillir, prier, adorer le Seigneur et y recevoir les sacrements comme celui de la Réconciliation. »

Habitons-les par exemple :

  •             par une permanence assurée par les prêtres, les diacres, des laïcs,
  •             par la mise en place d’un espace d’accueil,
  •            par la présence de gens qui prient individuellement, qui viennent se recueillir,
  •            par des temps de prière à l’initiative des chrétiens ou de groupes type « Rosaire »,
  •             par la décoration : par exemple, une icône entourée de deux bougies,
  •             par l’adoration sur une période longue dans la journée ou pendant un temps donné,
  •            par la réception du sacrement de la réconciliation.

Une nouveauté : Le juge des référés précise que toute personne peut se rendre dans l’église la plus proche de son domicile sans condition de distance en cochant dans l’attestation de déplacement la case ‘motif familial impérieux’.

2 – Restons en lien !

« Les ministres du culte peuvent continuer à recevoir des fidèles et à se rendre au domicile de ceux-ci comme dans les établissements dont ils sont aumôniers. »

Pour garder le lien avec les membres de la communauté chrétienne :

  • les ministres ordonnés peuvent se déplacer auprès des personnes qui ne le peuvent pas, rendre visite à domicile à ceux qui le veulent, porter la communion aux malades. Les prêtres peuvent aussi donner le sacrement des malades et exercer leur ministère de réconciliation.

Pour permettre de garder le lien avec tous les membres de nos communautés nous pouvons prendre de multiples initiatives :

  •             appels téléphoniques,
  •             visite des plus vulnérables,
  •             courriels spirituels,
  •             chapelets téléphoniques,
  •             courrier à tous les parents du KT,
  •             messages vidéos,
  •             messes retransmises via internet,
  •             homélies envoyées par mail,
  •             visioconférences,
  •             groupes WhatsApp,
  •             propositions du service de Pastorale catéchétique,
  •             propositions du service de Pastorale des Jeunes,
  •             profiter de la possibilité de rencontrer les élèves de l’Enseignement Catholique,
  •             solliciter des gens pour qu’ils rendent service.

Nous sommes confinés mais nos charismes n’en restent pas moins éveillés !

J’insiste sur cette invitation faite à nos paroisses et communautés à trouver des moyens innovants pour continuer à nourrir la vie spirituelle de tous, même à distance (billet spirituel hebdomadaire par internet mail ou sms, appel de soutien par téléphone, groupe WhatsApp…). Accompagnement des enfants du KT en lien avec le service diocésain qui fait des propositions régulières sur notre site internet.

3 – J’insiste enfin sur le fait que la diaconie de l’Église n’est pas une activité annexe et qu’elle est l’affaire de tous. Grâce à Dieu, les activités de solidarité (Secours Catholique, Conférences Saint Vincent de Paul, etc.) demeurent possibles, ainsi que celles de la Pastorale de la Santé (du moins en principe). Mais la charité fraternelle n’est pas l’apanage de « spécialistes » sur lesquels nous pourrions nous défausser en toute bonne conscience : c’est l’occasion pour nous tous d’en avoir une conscience plus vive. Cette charité fraternelle n’est pas sectorielle et, comme je l’ai déjà annoncé et je le redis, car cela me parait un point sur lequel nous pouvons avancer par rapport au premier confinement : faire une visite amicale à un voisin ou une voisine isolé(e) et âgée(e), s’enquérir de l’état des malades et leur proposer de leur apporter la communion, passer un coup de fil régulier, et bien sûr apporter une aide matérielle à ceux qui en ont besoin… tout cela fait partie des « œuvres de miséricorde » qui tissent la vie chrétienne normale : a fortiori cela est-il requis de chacun de nous en ces temps d’épreuve !

Pour information, notre site internet diocésain, avec ses qualités et ses défauts, a été sollicité par 4 000 à 5 000 visiteurs durant le premier confinement (1 500 à 2 000 visiteurs en période normale). Les messes présidées par notre évêque et retransmises ont réuni en moyenne 700 personnes et 1 000 pour les fêtes.

La page Facebook du diocèse a 819 abonnés et 755 abonnés de plus pour la Pastorale des Jeunes. De plus, le format vidéo court est très prisé par le public et c’est un bon moyen pour garder un lien avec beaucoup. C’est vite consulté, vite partagé et du coup un très bon moyen de faire passer un message au plus grand nombre. Nous devons apprendre à mieux travailler avec ce support.

Avec mon amitié et ma prière et me confiant à la vôtre !

+ Philippe MOUSSET, Evêque de Périgueux et Sarlat

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email