A. De qui parle-t-on ?

Les personnes qui vont arriver en Dordogne en fin d’année en dehors des opérations de répit comme celle de Mauzac, auront très certainement le statut de réfugiés : Ce ne sont pas “des délinquants”, des personnes qui nous effraient, mais des hommes, des femmes, des enfants, des familles de toutes cultures et religions en grande précarité, menacés dans leur intégrité et leur dignité. Leur statut leur permettra de travailler.

B. Que faire ?

Travailler systématiquement en réseau, au-delà du logement, qui est une question prise en charge par les communes, des besoins sont à satisfaire : apprentissage de la langue française, démarches administratives : accès aux soins, accès à l’éducation pour les enfants….

Les réfugiés peuvent également avoir besoin de meubles, de matériel pour équiper le logement que la commune a prévu, de vêtements….
Enfin des temps conviviaux et de fraternité leur permettront de s’intégrer plus facilement.

… ou ne pas faire :

Ne pas se lancer seul. Ne pas s’approprier une personne ou une famille
Manquer de discrétion dans l’accompagnement.

C. Se préparer

  • À la souffrance : certains réfugiés, outre qu’ils ont tout laissé et/ou qu’une partie de leur famille est encore sur place, ont vécu des parcours extrêmement difficiles, auxquels s’ajoute le traumatisme du déracinement
  • À la différence culturelle : accueillis et accueillants devront modifier leurs habitudes et s’adapter les uns aux autres.

D. Concrètement

  • Nous pouvons aussi, comme chrétiens et comme citoyens, interpeller les communes où nous sommes implantés quant à leur engagement dans l’accueil des réfugiés.
  • Déjà le Conseil Diocésain de la Diaconie a organisé une réunion d’information et d’échanges le samedi 26 septembre au Centre Madeleine Delbrêl à laquelle tous les prêtres et référents à la solidarité des Paroisses de Dordogne étaient conviés, et à laquelle ont participé des mouvements, services et associations laïques et confessionnels
  • La cellule de référence s’est déjà réunie à 3 reprises pour établir et rendre opérationnels son mode de fonctionnement et ses outils de collecte et de coordination de l’information comme d’animation des initiatives privées de solidarité.
  • Elle est d’ores et déjà joignable par mail : accueil.refugies24@gmail.com – par téléphone :  07.88.44.61.64