A l’occasion de l’ouverture des dernières JMJ à Cracovie, le mardi 26 juillet, La Croix, en partenariat avec le Service national pour l’évangélisation des jeunes a publié un sondage OpinionWay, qui témoigne d’un regain religieux chez les 18-30 ans. Mais pour plus de la moitié d’entre eux, la religion est facteur de division.

Des jeunes, “plutôt religieux”…

De nombreuses informations émergent de ce sondage, parfois surprenantes. Ce qui saute aux yeux, au premier abord, c’est que, contrairement aux idées reçues, les jeunes sont plutôt religieux : 46 % estiment l’existence de Dieu “certaine ou probable”. Seuls 23% des jeunes interrogés la considère comme “exclue”. Sur le panel interrogé (988 personnes) 53% des jeunes déclarent avoir une religion (42% catholique, 4% musulmane, 3% protestante…) et 47% s’affirmant sans religion.

49% des 18-35 ans estiment qu’il est “facile d’être croyant en France aujourd’hui” contre 50% qui pensent que c’est difficile ; des chiffres à nuancer selon le degré de pratique religieuse : les pratiquants estiment cela simple à 56%, contre 48% pour les non-pratiquants.

…mais qui restent méfiants…

Il y a une vraie aspiration religieuse chez les 18-30 ans en France, mais, et c’est paradoxal, seuls 30% d’entre eux mettent en avant l’importance de la dimension religieuse ou spirituelle pour réussir sa vie personnelle, et 50% estiment que la religion est facteur de division (seuls 20% pensent qu’elle est facteur de paix…). Autre paradoxe dans cette enquête : ce sont les hommes qui attachent le plus d’importance à la vie spirituelle pour réussir sa vie personnelle (32% contre 28% pour les femmes interrogées).

La prière comme pratique religieuse

Un autre enseignement à retenir, concerne la manière dont les jeunes sont touchés par la religion. C’est la prière qui, de loin, est la pratique religieuse la plus répandue (40%), même les jeunes se déclarant sans religion, sont 25% à avoir déjà prié… Un dernier élément significatif est la consultation de sites d’informations sur la(es) religion(s) : seuls 15% des chrétiens reconnaissent l’avoir fait contre 48% d’autres religions. Un indice, peut-être, sur la manière dont la foi se transmet ?

Comment les jeunes voient l’influence du pape François dans la Société

La dernière question publiée dans ce sondage concerne l’influence que les jeunes prêtent au Pape François sur différentes questions de société (n’oublions pas que ce sondage a été réalisé en juin dernier et publié dans La Croix à l’occasion de l’ouverture des JMJ.) Sans surprise, c’est dans la vie de l’Église que les jeunes prêtent au pape la plus grande influence (77%), mais ils pensent également que le souverain pontife garde une certaines influence sur des sujets aussi divers que la Famille (48%), les jeunes (39%), les migrants (29%), la politique (26%), l’Europe (25%) et l’écologie (19%). Un dernier élément à noter ici : dans la plupart des cas, ce sont les croyants d’autre religions qui accordent au pape la plus grande influence !

En guise de conclusion

On comprend à travers ce sondage (qui ne reste qu’un sondage, avec toutes les réserves d’usage) que les jeunes d’aujourd’hui ont une véritable aspiration religieuse, peut-être plus que la génération de leurs parents, mais qu’ils ont du mal à articuler vie religieuse/spirituelle et vie personnelle, comme si il y avait deux existences l’une matérielle et l’autre spirituelle qui pouvaient cohabiter sans se rencontrer… Une sorte de foi schizophrène… Si le terme est un peu fort il résume bien la manière dont certains jeunes, et certains adultes, également peuvent vivre leur foi, en la tenant éloignée de leur vie de tous les jours…

Christian Foucher

Pour aller plus loin

On se reportera à l’article du journal La Croix, plus complet, car illustré d’interventions de spécialistes et au sondage réalisé par Opinion Way