Le groupe Ichtus, bien connu des jeunes périgourdins, est composé de jeunes lycéens ou étudiants. Quentin, Maylis, Gauthier, Charlotte, Adrien et Thibault ont sorti leur premier album éponyme en juin dernier et Ichtus fera la première partie du groupe de louange Hopen qui se produira la veille de la journée missionnaire diocésaine.

Église en Périgord – Comment est né le groupe ?

Thibault/ Ichtus est né avec une envie de rassembler les jeunes chrétiens, créer de l’animation. Nous voulions faire de la musique “pour Dieu”, tout en partageant une passion commune.

Nous avions déjà joué ensemble, au Pélé VTT, à la Church Academy, puis nous avons voulu aller plus loin, faire en sorte de se revoir régulièrement. Petit à petit, l’idée est venue de faire des compositions originales et de pouvoir les interpréter en groupe… Cela fait aujourd’hui un an et demi qu’on progresse ensemble en faisant des concerts et en animant des adorations.

EP – Vous êtes ce qu’on appelle un groupe de louange. Qu’est-ce que c’est ?

T/ La louange, c’est une forme de prière, on s’adresse à Dieu. Cette forme de prière a d’autres vertus, puisque l’idée c’est de permettre au corps de bouger. C’est fait pour les jeunes, mais pas seulement, pour les faire bouger, chanter, danser. C’est aussi une manière d’exalter par la beauté du chant, de louer Dieu pour sa bonté, de lui rendre grâce mais de façon joyeuse.

Musicalement, votre album est dans un registre plutot pop, c’est un choix ?

G/ On ne s’est pas posé en se disant qu’on allait faire de la pop, mais cela s’est fait par les compositions et les arrangements que l’on fait naturellement.

M/ On voulait écrire quelque chose de moderne pour les jeunes, pour les aider à se transporter, pour les toucher.

T/ Il y a plusieurs paramètres. D’abord c’est vrai qu’on ne s’est pas posé cette question. C’est venu naturellement, peut-être parce que ce dont les jeunes ont besoin pour bouger c’est de la musique pop… En réalité, on compose ce qu’on est. On ne va pas chercher,  pour plaire, à faire ce que les autres veulent entendre. Il y a une recherche esthétique dans ce qu’on fait, mais aussi une réelle liberté. Si demain les filles ont envie de composer un reggae, elle le feront, si moi je veux composer un gospel, je le ferai…

Pour ma part ce sont des musiques que je compose en prière, avec sincérité, avant tout. C’est, pour moi, la beauté au service du bien. Mais il n’y a pas de posture réfléchie.

Avez-vous des influences ?

T/ Je compose avant tout ce qui me plaît. Il n’y a aucun groupe de musique chrétienne qui m’influence particulièrement, aujourd’hui.

Q/ La motivation pour créer Ichtus est venue quand même du fait qu’on a vu ou entendu des groupes comme Hopen, Glorious… .

T/ S’il y a une influence c’est plus dans l’élan.

Comment composez-vous ?

G/ L’écriture est individuelle. On a essayé d’écrire ensemble, ça a fonctionné, mais c’est plus difficile pour nous. En général celui ou celle qui compose sait déjà un peu ce qu’il veut faire, y compris pour les arrangements. Ensuite on le “fignole” en groupe.

T/ Oui, on arrive avec un projet, les idées et ce qu’on travaille le plus en groupe ce sont les arrangements et la mise en place.

Est-ce difficile d’être étudiants et de se lancer dans un projet musical tel que le vôtre ?

Q/ Pour l’instant on n’a pas eu de soucis d’emploi du temps pour se retrouver, sauf Thibault qui a des week-ends très très pris… Cette année, il y avait 3 membres du groupes en terminale et on a réussi à se voir assez facilement, mais, pour l’année qui vient, la composition du groupe va évoluer.

Beaucoup de concerts jusqu’à maintenant ?

T/ On n’a pas vraiment compté, sur Périzoom (journal paroissial de Périgueux), ils ont écrit une vingtaine, ça doit être à peu près ça…

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce que vous faites ?

M/ J’aime bien le fait de composer ensemble, que chacun amène ses idées. J’aime aussi le partage avec le public en concert, voir que ce qu’on fait est apprécié.

C/ J’aime bien assister à la mise en place de nos projets. Et l’aboutissement du CD, entendre dans les chansons les idées qu’on a eues.

T/ J’aime beaucoup composer parce qu’à chaque fois j’ai l’impression d’offrir un cadeau. Un prière c’est personnel, comme un poème à sa mère pour la fête des mères quand on est petit. Écrire une musique pour Dieu participe à ma spiritualité. Ça m’apporte beaucoup. J’aime aussi énormément les concerts parce qu’on joue avec le public et je suis fan de ça.

Q/ Pour moi, c’est la dimension spirituelle qui m’anime. On arrive à se rassembler alors qu’on a des manières différentes de vivre notre foi. Parvenir ainsi à offrir quelque chose à des jeunes qui ne sont pas forcément près de l’Église. L’ animation d’adoration me plaît aussi beaucoup avec un public qui n’est pas forcément habitué à ça.

G/ Moi, ce qui me plaît c’est d’avoir l’occasion de jouer avec de bons musiciens, et en plus de le faire en prière, en l’offrant à Dieu. Et pouvoir, grâce à notre musique, amener les jeunes à l’adoration et à la prière en louange, est vraiment une chance.

Pour reparler de l’album, il a été difficile à réaliser ?

T/ Oui. (rires)

Qu’est-ce qui a été le plus compliqué ?

T/ Gérer le temps. L’enregistrement et le montage ont été faits en 5 jour. Ça a été très dur. Pour la plupart d’entre nous c’était la première fois qu’on enregistrait en studio. Il y a une exigence de qualité qui n’est pas la même qu’en concert. Nous ne sommes pas tous pro ou semi-pro. Ça a été difficile sur le plan technique, autant que sur le plan moral, car ce n’est pas facile de recommencer 15 fois une partie qu’on n’arrive pas à faire…

Contents de cet album ?

Tous/ Très !

De quoi êtes-vous le plus fiers ?

C/ Du travail qu’on a fait tous ensemble.

T/ Ça concrétise une progression qu’on a eue ensemble. C’est quelque chose qu’on a construit ensemble.

T/ On est content d’avoir fait quelque chose de beau, c’est vrai.

G/ C’est aussi la marque de ce qu’on a fait pendant un an et demi.

Quels sont les projets d’Ichtus pour les mois à venir ?

T/ Dans un premier temps on est tous surbookés…

Ichtus va connaître un second souffle car l’an prochain les filles s’en vont poursuivre leurs études. Mais le groupe continue et il va falloir trouver de nouveaux membres, de nouvelles idées… L’esprit changera un peu, certainement, mais ce sera très enrichissant, avec des choses nouvelles. Le prochain CD sera complètement différent.

Je pense qu’on peut encore s’améliorer musicalement. Et puis il faut acheter notre CD pour qu’on puisse s’acheter du matériel, s’il vous plaît ! (rires).

Où peut-on se procurer votre CD ?

T/ En nous contactant par mail sur ichtuslegroupe@gmail.com, ou sur facebook.

Votre prochain concert ?

G/ Nous allons faire la première partie d’Hopen, le 30 septembre.

Un dernier mot ?

T/ Priez pour nous !

Propos recueillis par Christian Foucher

Retrouvez l’actualité du groupe sur Facebook :

www.facebook.com/IchtusLeGroupe