Service Communication

Service Communication

Homélie du jour de Pâques – « Aujourd’hui se lève la lumière de la résurrection sur nous et sur le monde »

Chers frères et sœurs du Périgord, et d’ailleurs, bonne fête de Pâques !
C’est une grande joie pour moi de pouvoir vous faire cette annonce : le Christ est ressuscité ! Cette Bonne nouvelle, en ce temps de confinement, je voudrais qu’elle arrive dans chaque maison, dans chaque famille, spécialement là où il y a plus de souffrance, dans les hôpitaux, dans les EHPAD, dans les prisons…

Surtout je voudrais qu’elle atteigne tous les cœurs, parce que c’est là que Dieu veut semer cette Bonne Nouvelle : Jésus est ressuscité, c‘est une espérance pour toi, tu n’es plus sous la domination du péché, du mal, de ce qui te sépare du Christ et des autres. L’amour a vaincu, la miséricorde a vaincu ! La Résurrection du Christ jaillit comme une espérance au milieu de la nuit, de nos ténèbres que nous traversons.

Frères et sœurs, aujourd’hui la lumière de la résurrection qui se lève sur les disciples, se lève aussi sur nous. Elle se lève d’abord, et en tout premier lieu, sur Marie de Madeleine. Le premier jour de la semaine, donc le dimanche matin, Marie de Madeleine se rend au tombeau « alors qu’il fait encore sombre », nous dit l’évangile. Cela veut dire que les disciples sont plongés dans les ténèbres du deuil et du désarroi. Mais dans le cœur de Marie Madeleine brûle une petite flamme qui la décide contre toute vraisemblance à se rendre au tombeau. Je dis « contre toute vraisemblance », car le tombeau a été fermé par une lourde pierre, donc n’importe quel disciple raisonnable aurait pu prédire à Marie Madeleine qu’elle n’avait aucune chance d’entrer dans le tombeau. Mais il y a en elle quelque chose d’un peu fou : l’amour du Christ, son désir de rencontrer le Christ. Elle représente le disciple qui aime Jésus, qui désire le rencontrer, le célébrer comme nous ce matin…

Au-delà de ce qu’elle peut comprendre, l’amour la fait marcher, à grandes enjambées, vers le tombeau. Et si j’insiste sur ce point, c’est parce que c’est là, dans l’amour de Marie pour le Christ, par cette petite flamme intérieure, que débute toute la vie de l’Eglise. Parce qu’elle aime le Christ, Marie Madeleine est la première à se rendre au tombeau, la première à constater que la pierre a été enlevée, la première à voir le Christ Ressuscité (Jn 20, 14), la première à annoncer la bonne nouvelle (Jn 20, 18).

C’est aussi cette expérience que vont faire les disciples, Pierre et Jean. Peu à peu le désir du Christ et leur amour pour Lui va se réveiller, se ranimer en eux. L’amour du Christ, cette flamme qui brûle en eux pour Lui a créé entre eux une sorte de « lien familial ». A peine averti par Marie Madeleine, Jean court au tombeau. Il court en même temps que Pierre, mais Jean est porté par l’amour, et il arrive le premier au tombeau.

C’est Ainsi, avec la grâce de Dieu et le souffle de la Pentecôtes, que l’Eglise est née et s’est répandue dans le monde. Et aujourd’hui encore, c’est cet amour du Christ ressuscité qui entretient notre flamme, qui enflamme nos cœurs et nous pousse à témoigner de cette Bonne Nouvelle.

Si ce matin nous ne pouvons pas nous déplacer pour nous rassembler, par l’évangile nous sommes (avec les femmes et les disciples de l’évangile) entrés dans le sépulcre, et avec elles, invités à recevoir cette nouvelle étonnante, à l’accueillir et nous laisser porter par elle, en pensant à des personnes, aux personnes à qui nous aimerions annoncer cette Bonne Nouvelle : Christ est Ressuscité. Et après cette célébration, la prolonger en allant porter par téléphone, mail, internet cette Bonne Nouvelle, cette espérance qui jaillit dans l’obscurité.

Sur vous dans vos maisons, sur nous, partout dans le monde se lève aujourd’hui la lumière de la résurrection.

Alors l’évangile nous dit ce matin « accueille Jésus le ressuscité en toi, chez toi » et comme il le disait à ses disciples et à ces femmes « Sois sans craintes, n’aie pas peur » de cette Bonne Nouvelle de la résurrection,  je suis la vraie vie en toi …Accueille et va la partager aux autres avec les moyens que nous disposons ». Ne vous arrêter pas aux défauts de tel ou tel, aux sensibilités différentes qui pourraient devenir prétextes à ne pas bouger, de l’intérieur, pour partager et annoncer cette Bonne Nouvelle de la Résurrection du Christ.

Nous sommes le relai des disciples, pour annoncer cette Bonne Nouvelle. Soyons, dans nos maisons, les heureux disciples missionnaires qui entendent le message de Pâques « ne craignez pas et aller partager cette Bonne Nouvelle » par les moyens à notre portée dans ce confinement.  Pensons et prions pour ceux et celles qui sont plus fragiles dans nos réseaux, les personnes âgées, les malades, ceux et celles qui sont hospitalisés, les familles endeuillées. Je pense aussi aux catéchumènes qui endurent dans l’attente d’être baptisés, à Pentecôtes, nous l’espérons. La Pentecôte, sera notre envoi. La charité a vaincu. Soyons les disciples de la charité du Christ pour le monde.

Il est Ressuscité, amen, Alléluia !

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email