Un nouveau Pape est donné par l’Esprit-Saint à notre Eglise.

C’est désormais le Pape François, nouvel Evêque de Rome qui, à la suite de Jean-Paul II et de Benoît XVI, va conduire et gouverner l’Eglise du Christ en ces temps troubles et difficiles.

Nous l’accueillons sans réserve dans la foi, avec respect et affection. Avec beaucoup de joie même, tellement ses premiers pas parmi nous nous laissent entrevoir un bel avenir pour notre Eglise. En prenant le nom de St François d’Assise, il nous indique que les valeurs de simplicité, de fraternité, d’humilité, de paix et de fidélité à l’Evangile doivent être manifestées. Les valeurs d’un vrai serviteur du Christ. Car son ministère est d’abord SERVICE à l’image du Christ qui a dit de Lui-même : « Le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude » (Matth. 20, 28).

Et il ne faut jamais oublier que si la vocation du successeur de Pierre possède une signification particulière dans l’Eglise, c’est précisément parce qu’elle est un ministère, un service.

Et nous nous devons de prier pour lui sans relâche.

Plus que quiconque il sait que sa tâche sera rude.

Et nous avons, sous sa conduite, à l’accompagner à la place qui est la nôtre aujourd’hui.

Le Pape François nous est donné au moment où, avec la Semaine Sainte qui s’ouvre, nous marchons vers la fête de Pâques. Et il nous a déjà laissé entendre qu’au cœur de ce monde il aura à manifester inlassablement la victoire de l’Amour de Dieu plus forte que tout.

Pâques est la fête de la victoire de la vie sur la mort ; aussi, nous chanterons « Alléluia, Christ est vivant ».

Et nous nous laisserons entraîner à travers l’enseignement de notre nouveau Pasteur et sous sa conduite sur le chemin du Ressuscité : « Le Christ est le centre, le Christ est la référence fondamentale, le cœur de l’Eglise » (Pape François).

Pâques est le matin de la certitude joyeuse : Christ notre éternel matin. Christ Lumière qui apaise toute peur et dissipe les ténèbres. Christ qui perce pour nous une brèche dans le cycle du temps. Christ qui nous tourne avec Lui vers le Père, qui donne une orientation, un sens, une direction à nos propres vies et à la vie de tous les hommes qui veulent bien L’accueillir.

Au cœur de la dureté des temps, nous voulons vivre, pas survivre, pas vivoter. Alors, allons vers le Christ. Allons vers la Vie. Et nous connaîtrons comme nous sommes connus ; nous aimerons comme nous sommes aimés ; Sa vie sera notre vie, Sa joie sera notre joie. Dieu en nous et nous en Dieu. Et cela pour toujours.

N’est-ce pas le moment pour notre Eglise, pour nous-même, pour nos communautés, de laisser agir au plus profond cette puissance de Résurrection et de Vie plus forte que la mort ?

Merci au Pape François de nous conduire sur le chemin du Ressuscité et de nous rappeler que l’Essentiel c’est Lui, le Christ.

Michel MOUÏSSE,
 Evêque de Périgueux et Sarlat