Nous l’accueillons dans le visage fragile d’un Enfant.
Pas n’importe quel enfant : LE FILS de Dieu
Il n’y a plus de place pour lui à l’hôtellerie… il naît sur la paille, dans une
étable… dans la nuit.
Ses yeux si purs nous purifient,
Son sourire sur les lèvres nous parle de tendresse,
Ses bras qui se tendent nous parlent de fragilité, d’accueil, d’amour.

***

Où va notre terre ? Où va notre monde ?
Où vont ces foules qui traînent leur faim, leur fatigue, leur souffrance ?
Où s’en vont ces ouvriers licenciés ou sans fin délocalisés ?
Où donc sont disparues les victimes de tant de cataclysmes ?
Quel soutien à nos frères chrétiens d’Orient sans cesse persécutés ?
Quel avenir pour tant de jeunes, sans formation, sans travail, sans projet de vie ?
Dieu serait-Il si indifférent aux souffrances des hommes ?
Non ! Car rien n’arrête l’Amour, rien n’arrête la vie.
C’est la plus grande des bonnes nouvelles.
L’Espérance naît dans la nuit.

***

L’Espérance, c’est Lui, Jésus l’enfant de Noël. Il est un Souffle, une Présence
pour avancer dans la vie. Une Parole. Un Amour.
Il est une Lumière qui éclaire le chemin, le regard, l’horizon.
L’Espérance nous est offerte ; c’est l’Enfant de Bethléem qui se donne
comme une lumière intérieure dans nos nuits.
Elle est un chant de paix dans tous les cœurs qui aiment.
Elle est Noël au cœur du monde.
« Dieu en effet, a tant aimé le monde qu’Il a donné Son Fils… pour que le
monde soit sauvé. » Jean 2, 16-17
Noël… Emmanuel… Dieu avec nous.
Et l’Espérance en nous… Au coeur de nos nuits et des nuits du monde.
Contemplons la crèche !
Nous y trouverons force, courage et audace pour être des témoins joyeux
de l’Espérance.
+ Michel Mouïsse
Évêque de Périgueux et Sarlat

Nous l’accueillons dans le visage fragile d’un Enfant.
Pas n’importe quel enfant : LE FILS de Dieu
Il n’y a plus de place pour lui à l’hôtellerie… il naît sur la paille, dans une
étable… dans la nuit.
Ses yeux si purs nous purifient,
Son sourire sur les lèvres nous parle de tendresse,
Ses bras qui se tendent nous parlent de fragilité, d’accueil, d’amour.

***

Où va notre terre ? Où va notre monde ?
Où vont ces foules qui traînent leur faim, leur fatigue, leur souffrance ?
Où s’en vont ces ouvriers licenciés ou sans fin délocalisés ?
Où donc sont disparues les victimes de tant de cataclysmes ?
Quel soutien à nos frères chrétiens d’Orient sans cesse persécutés ?
Quel avenir pour tant de jeunes, sans formation, sans travail, sans projet de vie ?
Dieu serait-Il si indifférent aux souffrances des hommes ?
Non ! Car rien n’arrête l’Amour, rien n’arrête la vie.
C’est la plus grande des bonnes nouvelles.
L’Espérance naît dans la nuit.

***

L’Espérance, c’est Lui, Jésus l’enfant de Noël. Il est un Souffle, une Présence
pour avancer dans la vie. Une Parole. Un Amour.
Il est une Lumière qui éclaire le chemin, le regard, l’horizon.
L’Espérance nous est offerte ; c’est l’Enfant de Bethléem qui se donne
comme une lumière intérieure dans nos nuits.
Elle est un chant de paix dans tous les cœurs qui aiment.
Elle est Noël au cœur du monde.
« Dieu en effet, a tant aimé le monde qu’Il a donné Son Fils… pour que le
monde soit sauvé. » Jean 2, 16-17
Noël… Emmanuel… Dieu avec nous.
Et l’Espérance en nous… Au coeur de nos nuits et des nuits du monde.
Contemplons la crèche !
Nous y trouverons force, courage et audace pour être des témoins joyeux
de l’Espérance.
+ Michel Mouïsse
Évêque de Périgueux et Sarlat