PR-Bouron-webAux supérieurs religieux qu’il avait réunis pour l’ouverture de l’« Année de la Vie consacrée » et qui lui demandaient : « Quelle est la priorité de la vie consacrée ? », le pape François a répondu : « L’accent doit être placé sur le fait d’être prophète. »

Le choix de vie fait par les personnes consacrées est « signe prophétique du Royaume qui vient ». Il s’apparente aux gestes symboliques des prophètes qui inscrivaient, dans leur être et leur façon de vivre, leur rencontre de Dieu.

Ce signe, toutes les personnes consacrées font, dans leur vie quotidienne, l’expérience de sa fragilité, et leur état de vie particulier paraît à beaucoup étrange, pour ne pas dire « étranger ».

Pour nous rappeler l’importance vitale de ce signe, François en a fixé lui-même l’horizon : « J’attends que vous réveilliez le monde, parce que la note qui caractérise la vie consacrée est la prophétie… La priorité qui vous est maintenant réclamée : être des prophètes qui témoignent comment Jésus a vécu sur cette terre… »

Et le Saint-Père a fixé trois objectifs pour avancer vers cet horizon : rendre grâces pour le passé, vivre le présent avec passion et espérer en l’avenir.

Ce triple objectif ne concerne pas seulement les personnes consacrées, il concerne l’Eglise toute entière.

Ensemble, laïcs et prêtres, nous sommes invités à prendre toujours davantage conscience du don qu’est la présence parmi nous de ces hommes et de ces femmes qui ont totalement consacré leur vie au Seigneur.

« Sans ce signe concret de la vie consacrée, écrivait le Bienheureux pape Paul VI, la charité de l’ensemble de l’Eglise risquerait de se refroidir… et le « sel » de la foi de se diluer dans un monde en voie de sécularisation. »

P. Jean-Marie Bouron