Désert-du-SaharaMercredi prochain, Mercredi des Cendres, nous entrerons en Carême.

« Seigneur, avec toi nous irons au désert poussés comme toi par l’Esprit, et nous mangerons la Parole de Dieu… et nous fêterons notre Pâque au désert : nous vivrons le désert avec Toi. »

Carême. Quarante jours pour revivre symboliquement les quarante années de la longue marche du peuple hébreu vers la Terre-Promise. Quarante jours pour suivre Jésus au désert, pour revivre avec lui le combat contre les mensonges de ce monde et sortir victorieux de l’épreuve.

Désert du Sinaï et désert de Palestine, lieux éprouvants de la tentation et du dépouillement, mais aussi lieux réconfortants où Dieu révèle son nom (Ex. 3, 13-15) et où Jésus nous invite à l’adorer (Mat. 4,10).

« Il faut passer par le désert et y séjourner, écrivait Charles de Foucauld, pour recevoir la grâce de Dieu. C’est là qu’on se vide, qu’on chasse devant soi tout ce qui n’est pas Dieu pour laisser la place à Dieu seul. »

Déserts du passé, et déserts d’aujourd’hui, les nôtres… ceux de nos villes et de nos villages, ceux de nos communautés et de notre vie quotidienne.

Tant que le monde nous accueille, tant que nous sommes considérés, que notre parole est écoutée, tout paraît facile et la présence de Dieu nous paraît naturelle. Mais viennent les jours où nous sommes moqués, où ce que nous croyons juste est brocardé, et où ceux qui nous sont chers semblent s’éloigner de nous, alors nous nous sentons perdus, le désert se fait autour de nous et Dieu lui-même parfois paraît absent.

« Ce qui embellit le désert, disait le Petit Prince au renard, c‘est qu’il cache un puits quelque part. » Dans nos déserts, ce puits qui maintient en vie et fait refleurir nos terres sèches et arides c’est la Parole de Dieu. « Elle veut être chez elle partout où nous sommes chez nous, écrit Madeleine Delbrêl, elle veut être nous-mêmes partout où nous sommes nous… »

Durant ce Carême, ne fuyons pas le désert. Prenons chaque jour le temps de puiser à la source qui maintient notre vie, la Parole de Dieu qui est « un rendez-vous que le Christ donne à chacun d’entre nous avec lui jusqu’à la fin des temps ; un rendez-vous de personne à personne, un coeur-à-coeur vrai, intime, concret. »

P. Jean-Marie Bouron
vicaire épiscopal,
secrétaire général de l’évêché