Avec le printemps reviennent les hirondelles, les cerises, et les camps d’aumônerie.

Je ne suis pas sûr que les adolescents connaissent le temps des cerises, ou l’apprennent encore à la flûte à bec. Mais ils connaissent le temps des camps. Voici que la première semaine des vacances de Pâques, 240 jeunes et encadrants sont à Lourdes, sur le thème : « La Joie de la Mission ».

Cette joie-là, 8 jeunes sarladais l’ont connue à Marseille, dans les quartiers Nord, en découvrant et accompagnant la « fraternité Bernadette ». Le visage et le sourire de la Vierge s’étaient offerts à la plus ignorante, selon ses propres dires. Elle est devenue missionnaire de la prévenance du Seigneur.

De nouvelles personnes le sont maintenant à sa suite. Ils sont missionnaires par les deux bouts : en rencontrant les habitants de la cité, et en attirant des jeunes adultes, qui s’engagent pour un an ou plus avec eux.

D’autres jeunes du diocèse sont partis à Rome, aux racines de la foi. Ils ont irrigué leur foi à la rencontre des apôtres.

Cet été, 300 personnes de tous âges parcourront le diocèse, d’une cathédrale à l’autre, avec le Pélévtt.

Sans compter toutes les initiatives paroissiales et individuelles.

Le festival « Zikarto » de musique chrétienne pour les jeunes, le 27 juin à Sarlat, est une initiative de ces jeunes qui ont participé à ces camps.

Tous ces camps doivent faire avancer notre foi, faire de nous des chrétiens migrateurs, en ce début de printemps. En accompagnant ces jeunes et en leur permettant de découvrir le fond de leur cœur que le Seigneur habite ; nous sommes des missionnaires et ils le deviennent…

Ces camps sont essentiels et, en plus, ils ressourcent leur participants. Que ceux qui le peuvent en profitent en accompagnant ou en priant.

Père Philippe Demoures
Vicaire épiscopal pour l’ensemble pastoral du Sarladais.