La Béatification du Père Louis-Edouard Cestac (1801-1868), prêtre du Diocèse de Bayonne et fondateur de la Communauté des Servantes de Marie et des Bernardines a eu lieu le dimanche 31 mai 2015 à 16h, en la cathédrale Sainte-Marie de Bayonne. 2000 fidèles ont assistés à cette célébration dans un climat joyeux et fervent pour rendre hommage au “Bon Père Cestac” et saluer l’oeuvre de cet homme d’Eglise, préoccupé tant par la condition sociale de ses contemporains, que par les questions économiques et environnementales de son temps.  Retrouvez le compte-rendu de la célébration et plus de renseignements sur le Père Cestac, sur le site du diocèse de Bayonnne.

 

[note note_color=”#eeeeee”]Prêtre, Louis-Edouard Cestac (1801-1868) fut récompensé par la Légion d’Honneur pour son action sociale et ses compétences d’agronome. Sœur Jacqueline Bordenave, supérieure générale des Servantes de Marie, la Congrégation qu’il créa pour ses collaboratrices, souligne « l’acuité de son regard ». Car le vicaire de la cathédrale de Bayonne sut voir dans les rues de cette ville alors de garnison, commerçante et portuaire, la détresse des jeunes campagnardes en perdition. Après avoir accueilli des fillettes dans une maison prêtée par la municipalité, le Père Cestac, révolutionnaire pour son temps, acheta -à crédit- pour les plus âgées une ferme à Anglet. Et au lieu de les enfermer dans des institutions, confiant en la bienveillance de la Vierge, mit sur pied un projet fondé sur l’éducation et le travail. Très connue dans le Pays basque, les Landes, Toulouse, le Nord et l’Ain pour ses écoles installées dans de petits bourgs et ses établissements sanitaires et sociaux, la Congrégation a passé le relais à des associations que les sœurs accompagnent. À la maison-mère, sur le domaine agricole reconverti pour partie en maraîchage bio, les sœurs restent actives pour la vente. Les Bernardines (la branche contemplative) continuent de s’y consacrer à la prière, au silence et au travail. La béatification, fêtée dans le diocèse par une « Année Cestac », est l’occasion pour la communauté d’Anglet de vivre à l’heure internationale avec le passage de sœurs d’Espagne, d’Argentine, d’Uruguay, de Côte d’Ivoire et d’Inde, lieux de mission des Servantes de Marie aujourd’hui.[/note]