Depuis quelque temps déjà, le printemps réveille la nature, les jardins se couvrent de pousses nouvelles, encore fragiles, vulnérables au moindre orage ou aux gelées matinales, et pourtant déjà annonciatrices des fruits pour la saison à venir.

C’est dans ce contexte saisonnier que nous vivons chaque année la Semaine sainte, qui approche, et nous sommes appelés à suivre Jésus sur le Chemin pascal, à vivre le Mystère pascal, pour en irriguer notre vie.

Nous sommes chaque année invités à approfondir la succession des évènements rituels, à dépasser le souvenir d’évènements lointains que nous rapportent les évangiles, pour en ressaisir le sens fort.

Pas à pas, nous allons suivre un Dieu qui se fait vulnérable de nos vulnérabilités humaines : Messie vulnérable, au milieu d’une foule qui l’acclame comme Roi… Serviteur vulnérable au pied de ses disciples, le soir de la Cène… Dieu vulnérable donnant sa vie en nourriture, mourant sur la croix pour sauver l’humanité et disparaissant dans la nuit du tombeau.

De cette vulnérabilité même, jaillira une vie nouvelle au matin de Pâques, une vie qui porte du fruit en abondance.

La vulnérabilité du Christ est celle de l’union d’un amour qui se donne lui-même au lieu de prendre pour lui et d’un amour qui porte le souci des autres, tourné vers les autres tout entier.

En prenant sur lui toutes nos fragilités humaines, le Christ nous révèle qui est Dieu – Don de l’amour infini pour notre humanité atteinte par le mal.

Entrons avec ferveur dans cette semaine sainte avec le christ ; il habite nos propres fragilités et les transfigure en vie, une vie nouvelle pour que notre humanité voit éclore des pousses nouvelles qui donneront en abondance des fruits de vérité et de sainteté.

Courageuse fin de Carême et joyeux recommencement pascal.

Michel Robert, Vicaire épiscopal pour l’ensemble pastoral du Ribéracois