Homélie – Messe de l’Ascension

« Vous allez recevoir une force quand le St Esprit viendra sur vous… »

Chers frères et sœurs, chers amis,

Si on comparait l’ascension à une personne, si l’ascension était une personne, elle pourrait se dire mais « à quoi je sers entre les deux grandes fêtes de Pâques et de Pentecôte ? Que puis-je apporter ? » Ce qui peut nous interroger dans ces récits de l’Ascension, c’est ce paradoxe entre le fait que le Ressuscité prépare ses disciples à son départ définitif, à ses adieux avec la tristesse que cela génère habituellement, le désarroi face à la question «maintenant qu’allons-nous faire sans Lui ? », et cette perspective missionnaire qui s’ouvre immédiatement à ce moment fragile de cette séparation.

Mais Dieu pourvoit à ce dont nous avons besoin. Pour vivre ce départ de Jésus au ciel dans la sérénité et la confiance, ils vont recevoir trois promesses (que nous pouvons faire nôtre) : celle de la présence du Christ Ressuscité à leurs côtés à chaque instant, à chaque seconde de leur existence, celle de son retour à la fin des temps (ni abandonnés, ni orphelin), et enfin, cette promesse imminente du don de l’Esprit Saint. Les paroles du Ressuscité commencent à prendre sens dans leur vie (qui a tellement était éprouvée…) et à réaliser que quelque chose de profondément nouveau va se réaliser, non plus d’abord à l’extérieur d’eux comme ils le pensaient en regardant vers le ciel les bras croisés, mais en eux, à l’intérieur d’eux, et qu’il faut s’y préparer.

« Vous allez recevoir une force… » 

A cette communauté apeurée, éprouvée, fragile Jésus laisse la tâche immense d’évangéliser le monde et il concrétise cette mission par l’ordre d’enseigner et de baptiser au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit (cf. v. 19).

Frères et sœurs, nous aussi en cette Ascension 2020 nous nous sentons éprouvés et fragilisés par la pandémie. Alors, comme eux à l’époque, entendons pour nous la parole du Christ ressuscité à ses disciples : « Vous allez recevoir une force quand l’Esprit-Saint viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins » (Ac1, 8). Ce ne sont pas des héros qui reçoivent ces paroles, mais des gens inquiets, hésitants, qui ont peur, comme cela nous arrive dans notre propre vie, et tout particulièrement en ce moment. Peur de sortir, même pour des raisons importantes, et d’attraper le virus, peur de retrouver les problèmes de son entreprise, peur de voir la foi de ses adolescents déjà fragiles l’être davantage encore, peur de manquer de force spirituelle pour vivre sa mission alors que nous sommes privés de l’eucharistie dominicale, peur devant la récession économique annoncée. Le Livre des Actes des Apôtres a une actualité étonnante. Il s’ouvre sur une promesse, celle du Christ ressuscité à ses apôtres : « vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit-Saint ». Et la Parole de Dieu est vraie, elle est notre roc. Puissions-nous regarder, envisager notre présent et notre avenir sur cette même promesse…

L’Esprit Saint sera donné à ceux et celles qui l’attendent, le désirent et se préparent à annoncer l’Evangile. Dieu est fidèle à ses promesses. Ce qu’Il a promis, Il le fait. C’est la foi de la Vierge Marie présente avec les disciples.

L’Ascension nous rappelle cette assistance de Jésus et de son Esprit qui donne confiance à notre témoignage dans le monde. Elle nous révèle pourquoi l’Eglise existe : l’Eglise existe pour annoncer l’Evangile ! Seulement pour cela. Et aussi c’est la joie de l’Eglise d’annoncer l’Evangile. L’Eglise, c’est nous tous, les baptisés !

Préparons-nous, frères et sœurs, dès maintenant pour le jour de la Pentecôte, pour que nos assemblées, même petites soient transformées comme dans l’écriture, car c’est toujours le même Esprit qui œuvre :

« Ils étaient enfermés, ils sortent. Ils avaient peur, ils prennent la parole avec audace. Ils étaient inquiets de leur différence, chacun entend les merveilles de Dieu dans sa langue. Ils avaient peu de moyens, ils découvrent l’action du Christ ressuscité.

Aide nous à préparer avec ardeur nos cœurs, nos esprits et nos âmes à recevoir ton Esprit, pour que tu sois en nous l’Esprit qui fait sans cesse une humanité nouvelle, qui ne désespère d’aucun homme, d’aucune femme, pas même de celles et ceux qui n’attendent plus rien de Dieu. Pour que tu sois en nous l’Esprit qui maintient l’espérance en toutes circonstances, même au cœur des situations imprévues…qui nous dépassent, des violences, des critiques et des oppositions, des résistances… Sanctifie-nous et transforme-nous en Ton Église pour se consacrer tous ensemble à la mission… Amen !

+ Philippe MOUSSET
Evêque de Périgueux et Sarlat

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email