Chaque année, l’Église nous offre ce temps spécifique du carême pour avancer vers Pâques et grandir dans la foi. Temps propice pour « oser l’Évangile », il permet d’aller à l’essentiel, de prendre du recul, des temps de silence pour prier et réfléchir. Ces 40 jours sont un temps privilégié pour nous ouvrir au monde et à la solidarité.

En cette année d’élections présidentielles et législatives, carême devrait être un temps de réflexion sur le sens de l’engagement politique. Occasion de réfléchir à notre façon d’investir l’espace public au service du bien commun, de nous interroger sur notre attention aux plus vulnérables de notre société. Pour mieux vivre ce carême, entrons plus avant dans la démarche Diaconia 2013, servons la fraternité !

« La démarche Diaconia 2013 vise à permettre à chacun de se découvrir frère et sœur de tous, dans une attitude de dialogue et d’ouverture avec la société. Elle appelle les communautés chrétiennes à vivre davantage la fraternité et l’espérance avec les personnes en situation de fragilité, et à recevoir d’elles. » Lundi 6 février la rencontre des référents à la solidarité devait permettre d’avancer dans cette démarche. En raison des conditions climatiques cette réunion a été reportée au jeudi 23 février, ce jour-là nous accueillerons Daniel Maciel, diacre, coordinateur national de Diaconia 2013.

D’ici-là, le comité de pilotage propose deux pistes concrètes pour vivre carême en lien avec Diaconia 2013 : organiser dans chaque paroisse une rencontre avec les acteurs de la solidarité et créer des groupes de partage.

À cette démarche il est indispensable d’associer les personnes en difficulté qui le souhaitent et de les accompagner afin que leur parole soit écoutée.

La rencontre avec les laissés pour compte de la société est porteuse d’un appel à la conversion. Dieu se révèle en lavant les pieds de ses disciples, Il nous invite à le suivre dans cette démarche.

Bonne route vers Pâques.

Jean-Louis Favard
Vicaire épiscopal à la Solidarité.