Le samedi 20 octobre dernier, Gabriel Marc s’est éteint paisiblement aux premières heures du jour à l’hôpital de Gourdon, où il était retourné dans le courant de la semaine, après un séjour chez lui, à Grolejac, auprès de son épouse.

Depuis plusieurs années, Gabriel Marc et son épouse Simone, qui s’étaient installés pour leur retraite dans ce petit village du Sarladais, ont participé activement à la vie de l’Eglise diocésaine, non seulement dans la paroisse de Sarlat, mais aussi au Conseil Pastoral Diocésain et au Centre spirituel Notre-Dame de Temniac où Gabriel avait à cœur de partager les grandes convictions qui ont animé sa vie, ses engagements chrétiens et sa participation active à diverses instances nationales et internationales.

Ancien administrateur de l’INSEE, Gabriel Marc fut responsable national de l’ACI,  président du Comité des commissions « Justice et Paix » d’Europe et président national du CCFD, de 1982 à 1987. Au cours de sa présidence au CCFD il fut le promoteur du premier fond commun de placement de partage « Faim et Développement » créé avec les Congrégations religieuses qui s’interrogeaient alors sur la création d’un fonds éthique comme moyen d’action dans la société, pensant que pour faire évoluer les réalités politiques et économiques de la société, cette démarche était préférable à une attitude de dénonciation : ce fut le lancement de la campagne « Votre banque et l’apartheid ». Une fois prise la décision de créer ce fond commun de placement, Gabriel Marc demanda leur aide aux congrégations qui répondirent massivement.

Serviteur de l’évangile au cœur d’un monde en plein bouleversement, Gabriel Marc ne manquait jamais l’occasion de rappeler aux lecteurs du journal « La Croix » l’impérieuse nécessité pour les chrétiens de s’engager résolument dans les situations nouvelles de pauvreté et d’injustice créées par la mondialisation.

Présent à Rome au cours du Concile Vatican II, il nous a livré son témoignage dans un récent numéro du Bulletin diocésain (« Eglise en Périgord » –1er septembre 2012).

Au moment où Gabriel entre dans son éternité, nous rendons grâce pour le beau témoignage qu’il a donné au service de la mission de l’Eglise en France et, ces dernières années, dans notre diocèse. Ses obsèques ont été célébrées en la cathédrale de Sarlat le mercredi 24 octobre 2012, suivies de l’inhumation au cimetière de Grolejac.

Nous unissant à la peine de Simone, son épouse et à celle de sa famille, nous les assurons de notre amicale sympathie et de notre prière fraternelle.

Jean-Marie Bouron
secrétaire général.