En route vers Pâques et Pentecôte…

Nous sommes profondément marqués par cette situation inédite dans laquelle nous nous trouvons. Ce que nous vivons, comme l’exprimait le pape François sur la place saint Pierre à Rome vendredi soir, est une véritable tempête qui démasque notre vulnérabilité et révèle ces sécurités avec lesquelles nous avons construit nos agendas, nos projets, nos habitudes et priorités. Nous pensons en ce moment particulièrement aux familles éprouvées partout dans le monde par la perte d’un être cher. Nous pensons à tous ces soignants qui se donnent d’une manière si extraordinaire et tous ceux qui se dévouent d’une manière ou d’une autre au service des plus fragiles. Et comment ne pas penser à toutes les professions indispensables pour que nous puissions avoir accès aux besoins de première nécessité. Nous prions pour eux et pour tous chaque jour.

Dans certains lieux, la solidarité commence à se vivre autrement : beaucoup d’associations, de paroisses, de mouvements, déploient des trésors d’inventivité pour renforcer les liens, soutenir les personnes isolées, tout en respectant les mesures barrières. 

La vie de l’Eglise n’échappe pas à ces bouleversements. Ce qui nous arrive ressemble aux ténèbres dont nous parlait le pape François vendredi soir : depuis des semaines, la nuit semble tomber. D’épaisses ténèbres couvrent nos places, nos routes et nos villes ; elles se sont emparées de nos vies en remplissant tout d’un silence assourdissant et d’un vide désolant, qui paralyse tout sur son passage. Puis il poursuit un peu plus loin : Nous nous sommes laissés absorber par des choses et étourdir par la hâte dit encore le pape

Dimanche dernier nous avons entendu Jésus nous dire que « Celui qui marche pendant la nuit trébuche, parce que la lumière n’est pas en lui ». Que ce temps de carême nous aide à nous approcher de Jésus pour recevoir la Lumière qui éclaire et qui guide. Nous avons besoin d’une lumière intérieure pour avancer sans trébucher dans ces temps ténébreux que nous vivons. Voilà pourquoi il nous faut nous approcher de Jésus car c’est de Lui que vient cette lumière. Cette lumière intérieure, c’est l’Esprit de Jésus, l’Esprit Saint qu’il nous a promis. Et cet Esprit, nous dit saint Paul justement, « n’est pas un esprit de peur, mais un esprit de force, d’amour et de maîtrise de soi ». (2 Tm 1,7). C’est bien de cela dont nous avons besoin. « Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Jésus, le Christ, d’entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. » (Rm 8,11).

Pour nourrir et entretenir cette flamme, cette lumière intérieure, je me permets de m’adresser à vous, que vous soyez seul, ou en couple, ou en famille, et de vous suggérer des éléments pour vivre une véritable liturgie « domestique » à l’approche des Rameaux et de la Semaine Sainte. Il est probable que, sans attendre cette initiative, certains aient déjà cherché à créer les conditions favorables pour vivre des temps de prière et de partage, pour suivre la Messe à la télévision ou sur internet ou encore à la radio.

Après avoir eu des échanges avec le conseil épiscopal et plusieurs évêques et pris le temps de la prière, me voici en mesure de vous donner des indications concernant :

Le dimanche des Rameaux et de la Passion :

La célébration et la bénédiction des rameaux se fera en communion avec vous par :

  • Les messes télévisées (KTO, Le jour du Seigneur sur France 2…) ou par les radios.
  • Moi-même, votre évêque, depuis la cathédrale le dimanche après-midi à 17h00…
  • Les prêtres de vos paroisses.

Vous trouverez sur le site internet diocésain tous les éléments pour vivre cette célébration chez vous. Avec le pic de l’épidémie qui est annoncé dans les jours qui viennent, je déconseille vivement le déplacement des personnes pour entasser des rameaux dans nos églises. Je recommande de vivre la célébration et la bénédiction des rameaux à distance, en suivant une liturgie avec les différents moyens qui vous seront indiqués. Cela signifie que la bénédiction des rameaux que vous aurez à côté de vous pour la circonstance sera faite par le biais de la télévision, d’internet ou de la radio. Il sera toujours possible ultérieurement de ressaisir le sens des rameaux, par exemple à l’occasion de la fête du Sacré Cœur de Jésus, tout indiquée pour cela. 

Le triduum Pascal : de la Cène au dimanche de Pâques

Voici plusieurs propositions pour que vous puissiez vivre ce triduum en communion chez vous, à votre domicile. Vous pourrez vous aider des missels, de Prions en Eglise, de Magnificat et de tout autre document porté à votre connaissance par vos paroisses et le diocèse (site internet diocésain avec un guide pour chaque célébration.)

Par les émissions en direct, les divers documents liturgiques, nous pouvons vivre ces grands moments liturgiques de Rameaux à Pâques, unis de tout cœur à la prière de l’Eglise. Sachez que l’évêque et les prêtres du diocèse célèbrent chaque jour pour chacun de vous et en communion avec vous tous.

Je me permets d’évoquer plus particulièrement trois rendez-vous : le Jeudi Saint, le Vendredi Saint et Pâques.

Pour vivre le Jeudi Saint : on peut imaginer remplacer le geste du lavement des pieds (interdit en raison de l’épidémie) par un engagement pris à l’égard d’un plus pauvre et que l’on pourra honorer à la fin du confinement : par exemple un don, un service de nettoyage ou de bricolage, un petit plat…

Une proposition de prière continue du Jeudi Saint, 20h jusqu’au Samedi saint, 20h, sera faite sur le site du diocèse. Vous y trouverez toutes les modalités pour vous y inscrire, par paroisse ou individuellement.

Pour vivre le Vendredi Saint, plusieurs possibilités :

  • Les offices télévisés (KTO …).
  • Moi-même à la cathédrale (chemin de croix…).
  • Les prêtres de vos paroisses qui vous communiqueront les horaires des offices.
  • Un document fait par le diocèse sera porté à votre connaissance pour le chemin de croix en ces circonstances.

 Pour célébrer Pâques, plusieurs possibilités :

  • Les célébrations télévisées.
  • Moi-même à la cathédrale.
  • Les prêtres de vos paroisses qui vous communiqueront les horaires des célébrations.

Vous pourrez aussi, comme cela a été vécu pour le 25 mars, à l’occasion de la Solennité de l’Annonciation du Seigneur, écouter les cloches, qui sonneront au début des célébrations dans nos villes et dans certains de nos villages, pour vous préparer à vivre dans votre cœur les célébrations. Elles sonneront aux moments du Jeudi Saint et du Gloria de la Vigile Pascale.

Pourquoi pas, dans la mesure du possible, allumer une bougie qui rappelle la lumière du cierge pascal, la lumière de Pâques et de la Résurrection du Christ.

Pour les enfants et les jeunes, l’essentiel sera vécu au sein du noyau familial, avec l’aide et le soutien des sites internet, de services de catéchèses, des aumôneries et du Service diocésain de la pastorale des jeunes. Des liens seront à inventer pour garder contact avec les grands-parents qui seront confinés en d’autres lieux pour la grande majorité des cas.

Célébration exceptionnelle des sacrements de l’initiation chrétienne à la Vigile de Pentecôte :

Le rituel lui-même, au N° 61 et 62 pour circonstances exceptionnelles, prévoit de reporter la célébration des scrutins et des traditions durant le temps pascal à proximité de la Pentecôte. La célébration des sacrements de l’initiation chrétienne se fera donc à la Vigile de Pentecôte.

Si des paroisses ont déjà célébré des scrutins, il conviendra d’adapter cette proposition à votre situation.

L’initiation chrétienne des catéchumènes lors de la Vigile de Pentecôte donnerait à voir au cours de cette célébration exceptionnelle l’unité sacramentelle du baptême, de la Confirmation des adultes et de l’Eucharistie. Là aussi, le service diocésain du Catéchuménat est à votre disposition pour vous apporter des éléments de déroulement liturgique et pour toute demande de précisions si nécessaire.

Messe Chrismale reportée au lundi 25 mai :

La messe chrismale constitue un évènement majeur de la vie d’un diocèse, avec les ministres ordonnés et le peuple de Dieu qui se rassemblent, où nous entendons ces mots essentiels de notre mission « Par l’onction de l’Esprit-Saint tu as établi ton Fils unique prêtre de l’Alliance nouvelle et éternelle ; et tu as voulu que son unique sacerdoce demeure vivant dans l’Eglise » (préface de la messe chrismale).

En nous retrouvant le lundi 25 mai avec la célébration qui clôturera notre journée en fin d’après-midi, nous serons déjà, en mentionnant l’action de l’Esprit Saint par la bénédiction des huiles, dans ce temps qui nous prépare à l’œuvre missionnaire de toute l’Eglise.

Bien évidemment ces propositions ont un caractère aléatoire au moment où je vous écris, car il est impossible de connaitre exactement la fin du confinement et la manière dont nous en sortirons.

En ces temps difficiles, je nous souhaite à tous de rester dans l’espérance de Pâques et de la Pentecôte.

Je n’oublie pas non plus les familles ou les couples au sein desquels tout le monde ne partage pas nécessairement la foi en Christ. Dans ce cas, il faut adapter les suggestions aux conditions de vie et au respect des différences ; et pour ce faire, il n’y a pas d’autre chemin que celui du dialogue pour tenter de parvenir à un compromis qui permette à chacune et à chacun d’être reconnu dans sa différence.

+ Philippe Mousset,
Évêque de Périgueux et Sarlat

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.