Temps forts diocésains

Samedi 16 janvier

À l’Arche, 34 rue Victor Hugo, à Périgueux

  • 15h : Débat autour du film “La noire de…” de Sembène Ousmane
  • 17h : Apéritif dînatoire tiré du sac, danses et chants !

Dimanche 17 janvier

Eglise Saint Jacques à Bergerac

  • 10h30 : Messe internationale suivie du verre de l’amitié
  • 12h30 : À la salle paroissiale, animations et repas de toutes les nations, où chaque participant peut proposer une spécialité de son pays.

“Le 17 janvier 2016, l’Église universelle célèbre la 102e Journée mondiale du migrant et du réfugié. Cette Journée s’inscrit dans l’Année sainte de la Miséricorde proclamée par le pape François au cours de laquelle chaque chrétien est invité à s’engager dans une démarche de conversion authentique et à se laisser embrasser par la miséricorde de Dieu en se montrant avec les autres aussi miséricordieux que le Père l’est avec lui.

Au cours de cette Année, nous pouvons faire l’expérience d’ouvrir notre cœur à ceux qui vivent aux périphéries existentielles de notre monde, de soigner leurs blessures, de les soulager avec l’huile de la consolation, de les panser avec la miséricorde, de les entourer de notre solidarité et de notre attention.

La Journée mondiale du migrant et du réfugié est pour cela une occasion privilégiée. Comme nous le rappelle le pape François, l’expérience de la miséricorde, reçue et donnée, peut s’avérer le remède à « l’indifférence qui humilie, à l’habitude qui anesthésie l’âme et empêche de découvrir la nouveauté, au cynisme destructeur, à l’hypocrisie et à l’égoïsme meurtriers ».

Le 17 janvier 2016, l’Église universelle célèbre la 102e Journée mondiale du migrant et du réfugié. Cette Journée s’inscrit dans l’Année sainte de la Miséricorde proclamée par le pape François au cours de laquelle chaque chrétien est invité à s’engager dans une démarche de conversion authentique et à se laisser embrasser par la miséricorde de Dieu en se montrant avec les autres aussi miséricordieux que le Père l’est avec lui.

Au cours de cette Année, nous pouvons faire l’expérience d’ouvrir notre cœur à ceux qui vivent aux périphéries existentielles de notre monde, de soigner leurs blessures, de les soulager avec l’huile de la consolation, de les panser avec la miséricorde, de les entourer de notre solidarité et de notre attention.

La Journée mondiale du migrant et du réfugié est pour cela une occasion privilégiée.

Comme nous le rappelle le pape François, l’expérience de la miséricorde, reçue et donnée, peut s’avérer le remède à « l’indifférence qui humilie, à l’habitude qui anesthésie l’âme et empêche de découvrir la nouveauté, au cynisme destructeur, à l’hypocrisie et à l’égoïsme meurtriers ».”

Service national de la pastorale des migrants et des personnes itinérantes