Notre Eglise diocésaine vient de vivre un moment important de son histoire, même si cet événement est passé presque inaperçu pour beaucoup.

Le mercredi 23 avril, à l’église Saint-Etienne de la Cité, toute proche de la maison mère de sœurs de Sainte-Marthe, nous avons officialisé et confié au Seigneur la fusion entre l’Institut des sœurs de Sainte-Marthe de Périgueux avec l’Institut de droit pontifical des sœurs de la Charité de Sainte Jeanne-Antide Thouret.

En Périgord, nous aimons beaucoup les sœurs de Sainte-Marthe dont la Congrégation est née à Périgueux il y a plus de 370 ans.

Nous voulons rendre grâces au Seigneur pour ce qu’Il a réalisé à travers leur présence appréciée au milieu de nous et dans les différents diocèses en France et dans les différents pays où elles sont implantées.

Aujourd’hui, une page se tourne et ce n’est pas sans émotion pour les sœurs et pour nous tous…
Mais ce qui atténue notre peine, c’est de savoir qu’après une longue recherche, nos sœurs vont rejoindre un bel Institut qui a un beau rayonnement dans le monde, celui des sœurs de la Charité de Sainte Jeanne-Antide Thouret, dont la Supérieure Générale, sœur Nunzia, et de nombreuses religieuses ont participé à la célébration pour accueillir chez elles les sœurs de chez nous.

En participant désormais au charisme de Sainte Jeanne-Antide, nos sœurs de Sainte-Marthe continueront à aimer le Christ Jésus et à servir les pauvres pour leur manifester l’Amour du Père. C’est leur grâce et leur mission qu’elles continueront à vivre, ici et ailleurs, de manière renouvelée.

Nous les accompagnons de notre amitié fraternelle et de notre prière.

+ Michel Mouïsse,
évêque de Périgueux et Sarlat