Le Père Philippe Demoures

Le Père Philippe Demoures, vicaire épiscopal pour le Sarladais

Si cet éditorial s’appelle ainsi, ce n’est pas pour faire mémoire du film éponyme d’Yves Robert, avec Pierre Richard… Mais plutôt pour vous parler de mon ami Thomas…

Le nom de Thomas est souvent accompagné de la remarque « dont le nom signifie jumeau ». Jumeau de qui ? Car, s’il porte ce nom, c’est certainement qu’il l’est en réalité…

Et s’il était notre jumeau ?

On peut se reconnaître en lui, je crois. Et, en tout cas contempler ce chemin de vie, fait de certitudes et de craintes. Il a fait le choix de Jésus, mais est toujours en questionnement ; Il apparaît au monde comme celui qui doute -« comme St Thomas, je ne crois que ce que je vois »- alors qu’il est en fait le premier à confesser Jésus comme Dieu.

Il est aussi celui qui va partir au loin, comme chacun des apôtres après la Pentecôte, sans qu’on sache vraiment où. C’est au XVIe siècle, que l’on découvrira une communauté chrétienne en Inde, vivant en total isolement et autarcie, alors que St François Xavier venait justement en Inde pour y porter l’Évangile. Ces chrétiens se revendiquent de la filiation spirituelle de St Thomas.

J’ai trouvé ces quelques lignes sur un blog, au hasard d’une recherche :

« Curieusement dans ma mémoire, cette phrase de Thomas « Mon Seigneur et mon Dieu », se serait accompagnée d’une prosternation, mais il n’en est rien. Thomas est un homme debout, qui reconnaît en Jésus le tout Autre et cette reconnaissance le constitue lui en un être unique, singulier. Il n’est plus un double ou une doublure. Il est celui qui ira jusqu’en Inde pour annoncer la nouvelle de la résurrection. »

Oui, prendre Thomas comme Jumeau, c’est reconnaître en ce temps de Pâques que nos vies sont fécondes même lorsque cela n’apparaît pas clairement. C’est aussi prendre en compte leur fragilité, et voir notre capacité à douter ou à ne pas comprendre.

Thomas voulait mourir avec Jésus, il vivra de Jésus. Avec Thomas, fêtons le début du nouveau printemps de nos vies.

Père Philippe Demoures
Vicaire épiscopal pour l’ensemble pastoral du Sarladais
Publié dans Eglise en Périgord N°7 – 6 avril 2013

%d blogueurs aiment cette page :