Dans notre pays, il arrive que des cimetières soient profanés et que des inscriptions détestables viennent blesser les communautés ou les familles qui voient plusieurs des leurs gravement offensés.
Et tout le monde s’indigne avec juste raison.

Notre département n’est pas à l’abri de telles profanations… peut-être même bien plus sordides si l’on en croit la presse écrite et parlée de chez nous qui nous relate ce qui se passe dans le Bergeracois.

Si les faits rapportés sont avérés, c’est inqualifiable.

Assimiler des restes humains à des détritus est un manque de respect et participe d’un acte de profanation.

Et quelles que soient nos convictions philosophiques ou religieuses, nous devons nous indigner fortement.

Respectons nos morts.

+ Michel Mouïsse
Évêque de Périgueux et Sarlat

Le 12 juin 2012

%d blogueurs aiment cette page :