Mgr Michel MouïsseEn ces temps où les hommes conçoivent le monde comme un univers clos et vivent une existence sans avenir, chrétiens nous restons avec force, joie et convic- tion les témoins de la venue du Seigneur à Noël ; les témoins de l’Espérance.

Cette Espérance qui donne sens à notre existence et valeur à tous les instants de notre vie.

Est-il nécessaire de rappeler que ce témoignage a une importance de premier plan en ces moments de notre histoire où la société a perdu ses repères.

Tout au long de ce temps de l’Avent qui commencera le 2 décembre, nous allons dire « Viens, Seigneur Jé- sus ».

Pourquoi l’appeler alors qu’Il est déjà venu ?

Nous savons qu’à tout instant, Il s’offre à notre rencontre et que nous pouvons L’accueillir car Il est présent à notre monde agissant par Son Esprit… Mais ce- pendant, nous ne pouvons Le posséder.

Entre Lui et nous, non seulement s’interposent des médiations : les sacrements, la Parole, le ministère ordonné… mais une distance demeure…
Une distance qui ne se mesure pas mais que nous devons parcourir. Une dis- tance que nous ne franchissons jamais… Dieu est en effet le Tout Autre. Aussi, jamais nous ne parviendrons à Le connaître totalement ni à vivre parfaitement Son Mystère.

C’est pour cela que Dieu est le Dieu de l’Avent, de la visite, de la venue (c’est le sens du mot Avent) et d’une venue incessante et toujours nouvelle.

Jamais Il ne cessera de venir à nous puisque jamais nous n’aurons fini d’en- trer dans Son mystère.

Jamais Il ne cessera de se donner puisque jamais notre communion au Père par le Fils dans l’Esprit ne cessera de s’approfondir.

Nous sommes aujourd’hui pour nos contemporains les témoins du Dieu qui s’est révélé en Jésus-Christ.
Ne sommes-nous pas souvent trop timides pour annoncer et refléter par nos vies cette Bonne Nouvelle ?

Disciples du Christ, nous sommes Ses amis, Ses familiers, en n’oubliant pas qu’Il est le Seigneur, le Fils de Dieu.

Témoins de Sa présence en notre monde, nous sommes témoins qu’Il est le Fils de Dieu trois fois saint, qu’Il est Dieu et qu’entre Lui et nous demeure une distance qui jamais ne sera pleinement franchie : une distance qui creuse en nous le désir et qui est une invitation à toujours aller à la rencontre de Dieu qui vient à Noël par Son Fils. Cest notre JOIE.

Voilà pourquoi nous disons « Viens Seigneur Jésus ».

Michel Mouïsse
Évêque de Périgueux et Sarlat
Paru dans Église en Périgord N°22 – 24 novembre  2012 

%d blogueurs aiment cette page :