Chaque année, le temps du Carême que l’Eglise nous offre, est un temps de grâce pour nous ressourcer, pour retrouver l’essentiel.

Le temps du Carême est un chemin pour mieux nous interroger sur la place que nous laissons à Dieu dans notre vie.

Tout comme hier, le Christ s’adresse à chacun de nous en cette quinzième année du XXIème siècle, et tout comme hier, il nous demande de le suivre dans sa démarche d’amour pour toute l’humanité, et il nous demande une grande disponibilité de cœur afin d’être ses témoins en vérité et en toute humilité.

Pour vivre cela, nous avons un atout majeur sur lequel nous pouvons nous appuyer en toute confiance, c’est la Parole de Dieu. « Car la Parole est  tout près de toi, elle est dans ta bouche et dans ton cœur, pour que tu la mettes en pratique. » Dt. 30,14. La Tradition de l’Eglise a reconnu dans un certain nombre de textes la capacité de nous faire comprendre des choses fortes sur Dieu, sur nous, sur les relations humaines. La Tradition de l’Eglise n’a pas hésité à qualifier ces textes de « révélés ».

L’expression consacrée est : « Ces textes sont révélés parce que révélants ». M’enraciner dans la Parole de Dieu engage toute ma personne et tout particulièrement ma liberté dans la relation que j’ai à Dieu et à sa Parole.

L’Ecriture devient Parole de Dieu pour nous quand nous questionnons le texte à partir de notre humanité et de notre personnalité. L’Ecriture devient Parole de Dieu lorsqu’elle nous ouvre à une dimension spirituelle. Nous sommes alors invités à considérer le texte comme une personne, avec le même respect et avec le même sentiment, et nous savons que l’entreprise est infinie pour arriver à connaître quelqu’un. Nous n’aurons  jamais fini d’approfondir et de découvrir un texte biblique.

Aujourd’hui, beaucoup de petits groupes se sont lancés dans «  la Lectio Divina », et il me semble important de dire en quoi cela consiste. Voici ce qu’en dit le Pape Benoît XVI :  « La lectio Divina, ou « lecture spirituelle » des Saintes Ecritures, consiste à s’attarder longuement sur un texte biblique, le lisant et le relisant, en le ruminant presque, comme disent le Pères, et à en extraire, pour ainsi dire, tout le « suc » afin qu’il nourrisse la méditation et la contemplation et parvienne à irriguer, comme la sève, la vie concrète. ».

Pour tout chrétien, il est important de rencontrer la Parole de Dieu avec d’autres, de nombreuses propositions existent dans notre diocèse, dans chaque Ensemble pastoral et au sein des paroisses.

La Parole de Dieu est à vivre au cœur de nos vies, et nous aurons de plus en plus à nous rassembler autour de la Parole de Dieu, non pas comme une alternative au rassemblement eucharistique, mais comme une manière d’aller puiser à la Source.

Christian Belaud, vicaire épiscopal pour l’ensemble pastoral du Périgord Vert

%d blogueurs aiment cette page :