Messe chrismale, bénédiction des Huiles et du Saint Chrême

Messe chrismale, bénédiction des Huiles et du Saint Chrême

La messe chrismale est un des sommets de la vie de notre diocèse. L’Evangile de la messe chrismale nous fait contempler le Christ dans la synagogue de Nazareth. « L’Esprit du Seigneur est sur moi, il m’a consacré par l’onction ». On raconte dans le premier testament, que l’onction d’huile était faite avec une corne d’animal : on laissait couler sur la tête de celui qui recevait l’onction, l’huile sainte, en faisant cinq rayures, cinq filets d’huile, comme les 5 doigts d’une main, la main du Dieu miséricordieux qui s’approche et se pose sur la tête du consacré. C’est le geste d’affection de tant de parents avec leurs enfants. L’huile Sainte se répand et pénètre l’être tout entier ; elle est abondante. « L’huile précieuse ne se contente pas de parfumer sa personne mais se diffuse et atteint toutes les périphéries », commente le Pape François.

L’onction du Messie continue son œuvre dans la vie sacramentelle de notre Église. Les Saintes Huiles que je vais bénir et consacrer sont pour nous le signe sacramentel de notre configuration au Christ par le Saint-Chrême et de la force du combat reçue avec l’Huile des Catéchumènes et l’Huile des malades. Par ces onctions, nous sommes véritablement identifiés au Christ dans sa mort et sa résurrection. Par elles, le combat des catéchumènes pour entrer dans une nouvelle manière de vivre les engage dans le combat des tentations de Jésus au désert et leur fait partager sa victoire pour devenir vraiment de libres enfants de Dieu. Nous rendons grâce pour les 4503 adultes qui seront baptisés à Pâques en France en 2017. Au niveau de notre diocèse, 21 adultes vont naître à la vie chrétienne au cours de ce temps pascal, 25 adultes baptisés seront confirmés en 2017. Nous avons connaissance actuellement de 24 adultes en chemin vers le baptême pour 2018-2019 et 6 demandes pour la confirmation.

Par elles, ces onctions, les baptisés et confirmés sont consacrés pour oser des initiatives nouvelles à annoncer l’évangile dans les périphéries d’aujourd’hui, en rural, en ville selon l’axe missionnaire du diocèse et se mettre au service de leurs frères. C’est dire que cette bénédiction actualise pour nous le Mystère Pascal que nous allons célébrer dans quelques jours (pendant le Triduum et plonge chacune de nos existences dans la réalisation actuelle de ce Mystère pour l’Église et pour le monde).

Par elles, les malades, la multitude des personnes qui souffrent (les affamés et les assoiffés, les victimes de la violence sur tous les continents, mais aussi proches de nous, les malades avec toutes leurs douleurs, leurs espérances et leurs désespoirs, les persécutés et les opprimés, les personnes au cœur brisé)  nous rappellent que dans l’annonce de l’évangile, tâche essentielle de l’Eglise, est  contenu  ce qui nous a été dit aujourd’hui dans la première Lecture du prophète Isaïe (61, 1) «… guérir  ceux  qui  ont  le  cœur  brisé»).

Mgr Mousset, avec le Père Christian Labourse, prêtre jubilaire

Mgr Mousset, avec le Père Christian Labourse, prêtre jubilaire

L’annonce du Royaume de Dieu, de la bonté infinie de Dieu, doit susciter avant tout  ceci : guérir le cœur blessé des hommes. La guérison concrète de la maladie et de la souffrance fait aussi partie de la mission essentielle de l’Eglise. L’huile pour l’Onction des malades est l’expression sacramentelle visible de cette mission. C’est là une occasion de remercier les sœurs et les frères qui dans notre diocèse et dans le monde entier portent aux hommes un amour qui guérit, sans tenir compte de leur position ou de leur confession religieuse. C’est pourquoi, nous remercions tous ceux qui se mettent aux côtés des souffrants, apportant ainsi, en fin de compte, un témoignage de la propre bonté de Dieu. L’huile pour l’Onction des malades est un signe de cette huile de la bonté du cœur, que ces personnes – avec leur compétence professionnelle – portent aux personnes qui souffrent. Sans parler du Christ, elles le manifestent.

Par l’onction sacramentelle, les prêtres du Christ deviennent en lui pasteurs de son peuple et serviteurs de la grâce pour le peuple tout entier. Ministère diversifié dans son exercice. C’est aussi pour moi une occasion exceptionnelle de m’adresser à l’ensemble des prêtres réunis ce soir, unis à ceux que l’âge et la maladie empêchent de venir ici. A chacun de vous, chers frères, je veux exprimer ma fidèle affection et ma reconnaissance pour votre disponibilité à répondre généreusement aux missions que je vous confie et votre dévouement constant au service du peuple qui vous est confié. Grâce à vous, malgré la dureté des temps, notre Église Périgourdine, dans sa pauvreté et ses limites, demeure vivante et généreuse. Je sais, oh combien, que les mutations et les épreuves que nous vivons vous demandent de souplesse, de fidélité et de confiance à l’appel reçu et de liberté intérieure. Mais je ne doute pas que vous trouviez votre joie dans votre service comme je trouve la mienne dans mon service auprès de vous.

Aux diacres permanents, à leurs familles, je veux aussi exprimer ma reconnaissance pour leur implication dans la mission commune au service de l’Évangile, dans ce beau et grand champ missionnaire de la diaconie de la liturgie, de la parole et de la charité.

Je souhaite aussi m’adresser aux jeunes qui sont parmi nous. Soyez à l’écoute des appels du Seigneur dans votre vie, soyez attentifs aux besoins de ceux qui vous entourent. Si vous pensez que notre Église peut et qu’elle doit faire quelque chose dans ce monde, demandez-vous comment Dieu vous appelle à vous donner dans cette mission. C’est à vous aussi, et aux Communautés chrétiennes, que s’adresse l’appel du Seigneur. Amen !

+ MgrPhilippe MOUSSET, Evêque de Périgueux et Sarlat

%d blogueurs aiment cette page :