Le Père Jean-Marie-Bouron

Le Père Jean-Marie-Bouron

Une année nouvelle commence, riche d’espoirs et d’incertitudes aussi !
Aux premières heures de cette nouvelle année, nous avons souvent formulé pour nos proches et pour notre monde, des vœux de Bonheur et de Paix, espérant que l’année 2013 verrait s’éteindre les conflits qui ensanglantent tant de nations, réduisant leur population en otage, ruinant leur économie, supprimant le plus souvent leurs libertés les plus fondamentales.

Cette espérance d’une Paix mondiale retrouvée, le pape Benoît XVI la fait sienne à l’occasion de la Journée mondiale de prière pour la Paix. Dès les premières lignes de son message du 1er janvier il écrit : « Chaque année nouvelle porte en elle l’attente d’un monde meilleur. Dans cette perspective, fondée sur la foi, je prie Dieu, Père de l’humanité, de nous donner la concorde et la paix afin que puissent se réaliser pour tous les aspirations à une vie heureuse et prospère. »

Oui, l’homme est fait pour la paix …, et cette paix n’est pas un rêve, même si elle est toujours à-venir ; nous le savons et nous en ressentons profondément le désir et la nécessité. Mais si l’édification de la paix est une œuvre humaine, elle est également un don divin : « Je vous laisse la Paix, je vous donne ma Paix. »

Une Paix qui n’est pas seulement l’absence de guerre et de conflits, mais une Paix qui nous engage et s’enracine dans « la rencontre confiante de l’homme avec Dieu ».

Cette année 2013, nous offre deux occasions de raviver cette rencontre confiante avec Dieu : la célébration de l’Année de la Foi et la démarche « Diaconia 2013-Servons la fraternité » dans laquelle nous somme engagés depuis l’année dernière.
Année de la Foi pour retrouver un chemin de foi capable de mieux éclairer la joie qu’il y a à rencontrer le Christ, et invitation pour l’Eglise à se présenter au monde avec la force de la foi et l’enthousiasme des simples.
Démarche « Diaconia 2013 » qui nous rappelle une nouvelle fois la place première du service des frères, de tous les frères, dans l’annonce de l’Evangile. Dans son petit ouvrage « Un chemin tout simple », la bienheureuse Mère Térésa écrivait : « Le fruit de l’amour est le service ; le fruit du service est la paix. »
Si, au cours de cette année, nous prenons du temps pour rencontrer Dieu de manière plus confiante et si, avec nos communautés, nous cherchons comment redonner toute sa place au service des frères les plus pauvres, alors nous serons devenus un peu plus des « artisans de Paix ».
« Heureux les artisans de Paix, ils seront appelés fils de Dieu. ! » (Mt. 5, 9)

 P. Jean-Marie Bouron,
vicaire épiscopal,
secrétaire général de l’évêché

%d blogueurs aiment cette page :